TYPOGRAPHIE DES DIALOGUES

Tous les ans de nombreux tapuscrits sont refusés simplement parce qu’ils ne respectent pas les exigences typographiques réclamées par les éditeurs.
Si de nombreuses règles correspondent aux réglages « usine » des logiciels de type WORD, certaines demandent une mise en place particulières.
C’est notamment le cas pour les dialogues.Pour écrire des dialogues vous aurez besoin de guillemets et de tirets.ATTENTION.
Pour les guillemets nous parlons de guillemets français : «.», et non, de guillemets doubles anglais. “.”En général les claviers WORD sont calibrés avec les guillemets français.Pour les tirets nous ne parlons pas du trait d’union : “-“, mais du tiret cadratin (quadratin) : ” — “, plus long.Pour obtenir un tiret cadratin sur un clavier WORD, il faut appuyer simultanément sur « control », « alt » et le moins « – » du clavier numérique. : Ctrl+Alt+-.
Sans clavier numérique, il faut passer par la table des caractères, ce qui est une grosse galère. Dans ce cas, utilisez l’astuce suivante. Tapez tout votre texte avec des traits d’union et une fois terminé, vous effectuez un « rechercher-remplacer » entre les deux caractères. Attention cette manipulation transforme tous les traits d’union en cadratin, ex : rez—de—chaussée, ce qui n’est pas le but désiré. Pour régler ce désagrément, faites cette manipulation avant la correction de votre texte. Ainsi, le correcteur d’orthographe identifiera les cadratins lorsqu’ils devront être remplacés dans les mots par un trait d’union, ex : garde—à—vous, deviendra, garde-à-vous (bonne orthographe).
POUR EN REVENIR AUX DIALOGUES
Notez qu’il existe trois façons principales d’écrire des dialogues dans un manuscrit :Les guillemets :
« Vous êtes un cuistre », hurla Catherine, « Et vous, une gourgandine », répliqua Paul.
Cette forme de présentation n’est pratiquement plus utilisée aujourd’hui. Je vous conseille de ne pas l’utiliser.

La combinaison des guillemets et des tirets :
Le chevalier ne se laissa pas insulter. « Traitre toi-même. Tu pues encore le charognard de ta lignée.
— Tu n’es qu’un félon !
— Peut-être, mais fidèle à mes idées. »
Vous constatez que le premier dialogue commence par des guillemets, et que la dernière réplique se termine toujours par des guillemets. Entre les deux le dialogue
s’instaure et à chaque nouveau dialogue vous les débutez par un tiret.
A chaque nouveau dialogue, dans votre histoire, vous utiliserez cette technique.Les tirets
C’est actuellement la technique la plus appréciée par les éditeurs français.
Ici, plus besoin de guillemets.Erwan avait un fort accent italien :
— Si on dînait ensemble à ton retour ?
— Pour quoi faire ? répondit Yoann ?
— Le plaisir d’être ensemble.
Il rit, d’un rire franc et moqueur.
N’oubliez pas de faire commencer vos paragraphes et vos répliques par des alinéas.Pour terminer, j’insiste une nouvelle fois, sur la nécessité de respecter ces règles typographiques sous peine de voir votre tapuscrit se retrouver directement aux oubliettes des éditeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
30 × 24 =